mardi 23 octobre 2018

 
Pourquoi cette clarté,
cette netteté de l'aube
ne se perpétue-t-elle pas
jusqu'au couchant .
 
Quel est l'empêchement ?
 
C'est comme un reflux.
Il y a peu à peu
de la brutalité
dans l'air,
 
et des paroles bourdonnantes,
des gestes qui se tendent.
 
L'aurore s'est transformée
en rivière.
Elle chante
dans un autre espace.
 
Lui suis-je fidèle ?
 
Sur ses berges
tout se calme.
La nuit se prépare.
 
 

lundi 22 octobre 2018


Le ciel est aussi une eau.
Les arbres reflètent
de la splendeur,
quelque chose de grand,
quelque chose qui manque.

Ce qui manque,
tu le sais bien.
Regarde quand quelqu'un te jauge
au lieu de t'accueillir,
qu'est-ce que tu ressens ?

Je retourne aux arbres
ils m'accueillent.
sans un mot,
sans tricher.

Ils ne poursuivent aucun but.



dimanche 21 octobre 2018


Un arbre flambe.
ll m'éclate en pleine figure.

Il renvoie à quoi ?
Un arbre, on en fait
du bois, des bûches
qu'on jette au feu.

Alors pourquoi
l'éclat ?

C'est comme l'éclat
d'un chant  d'oiseau
(je ne sais pas lequel)
solitaire en forêt.

Que je sois là ou pas,
il chantera.
Rien à gagner, rien à perdre.

Si de telles flammes 
qu'on ne paye pas
s'éteignent
que restera-il ?




samedi 20 octobre 2018


Ô libellule huluberlue,
tu t'es posée
un instant
au bord de l'eau.

Ô miroir de l'eau
apaisée,
tu reflètes la libellule
qui danse funambule
sans fil.

Ô je chante
la libellule a bien voulu
que je lui effleure
les ailes.

Ô se retrouver
soi-même.





vendredi 19 octobre 2018



Il y a des sommeils
qui ne sont pas seulement
réparateurs.

Il y a des sommeils
dont on ne revient pas
le même.





Une sorte de capture
mais si douce.

Fascination.

Il n'y a plus 
que cela qui compte.

Non pas récréation,
ce chloroforme
sur le cri.

Mais re-création.
Mouvement de la méduse
dans l'eau claire.

Dialogue où
les mots et le silence
dansent parce qu'ils s'aiment.

Et ainsi danser toujours,

fasciné de laisser place




jeudi 18 octobre 2018



Trouée de partout
la feuille de noisetier
boit encore la lumière
avant sa mort certaine.

Je bois la lumière aussi.
Qu'est-ce qui va mourir ?
Et si c'était déjà mort ?

Ne reste plus que vie nouvelle
Tant de choses
qui n'étaient pas miennes.
Tant de moments
à boire la nuit
qui ment.

j'ose,
aimé,amant.