samedi 22 février 2020


Deux monotypes





L'humain, où est-il ?
Il se débat encore.
Il cherche le chemin
de la primevère,
de la pervenche,
du crocus
qui n'ont pas besoin
de tourments.

l'humain pervenche
est-ce pour demain ?
Peut-être cette reconnaissance
vient-elle ?

L'humain marche
dans cet espace lustral,
il ouvre avec peine les yeux,
éléphant perdu
dans de la porcelaine.


vendredi 21 février 2020


Dans une ruelle,
des barreaux d'un côté,
une porte scellée de l'autre,
et au fond une impasse,
c'est la réalité.

Mais si dans l'instant
je lève les yeux
par dessus les toits
chers à Verlaine,
qu'est-ce que je vois ?

Le ciel n'est pas demain
ni n'était hier.

Désormais
maintenant,
et mains tenant,
le ciel
est présent






jeudi 20 février 2020


Le crocodile
n'est pas là
où on croit.

Il est sous 
les feuilles mortes
de la vie.

Il n'y a aucune raison
qu'il me morde
si je ne me
mords pas moi-même.

J'ai une petite place
dans le ciel de l'étang.

le crocodile
ne mange pas
les étoiles




mercredi 19 février 2020


"La traversée"

pastel sec



Je frissonne avec le vent.
Dans les rues désertes,
je n'ai plus peur
de marcher au désert
Tout y est ouvert.

La maison
que je croise
n'est qu'une façade.
Derrière, un terrain vague.

Le désert n'est pas un lieu
à fuir
puisque c'est là
que tout est donné.






mardi 18 février 2020



Dans le réseau, la trame
serrée des branches
hivernales,
le ciel ne change pas.
Tout s'enchevêtre.

Qui l'emportera ?

Formes ou sans-forme ?

Le plan ou l'arrière plan ?

Et si le plan
n'était pas le bon plan ?